Rechercher
  • Didier Nicolas

Le Moment Présent

Et si nous faisions de cette période de confinement une alliée ?

Si nous en profitions pour prendre conscience que dans notre tête, c’est le brouhaha mental ?

A quel moment ne pensons-nous pas ? Cherchons un peu. On est d’accord, pas souvent. Mais lorsque ça arrive – et dites-vous qu’à bon nombre ça n’arrive jamais – nous remarquons que c’est toujours lorsque nous sommes pleinement dans le moment présent …

Elle est là la clé : être dans le moment présent.

Si nous n’avons pas conscience de l’absurdité du brouhaha mental qui est le nôtre, observons un instant de quoi sont faites nos pensées et nous constaterons qu’elles se situent toujours dans le passé ou dans le futur.

Jamais dans le présent…

Comme si dans nôtre tête le présent n’existait pas … alors qu’il est en fait la seule vraie réalité du monde que nous percevons. Ce que nous pensons du passé ou du futur revient à projeter une énergie en un lieu qui n’existe pas. Parce que selon notre représentation linéaire du temps, qui est la nôtre en cette dimension, nous passons notre temps soit à ressasser un passé sur lequel nous ne pouvons plus rien soit à nous projeter dans un futur que nous ne maitrisons pas encore.

Nous pensons à des choses qui ne sont plus ou nous pensons à des choses qui ne sont pas encore arrivées et qui n’arriveront peut-être jamais. Mais dans le moment présent, qui est le seul vraiment perceptible par tout ce que nous sommes, nous n’y sommes jamais. Alors que c’est dans le moment présent et uniquement dans le moment présent que nous construisons notre futur.

Voilà l’une des clés essentielles de la libération. Cherchons le plus souvent possible la perception du moment présent dans notre quotidien et nous allons ainsi apprendre à apaiser notre mental, à apprivoiser cet animal sauvage qui jusqu’à présent n’a fait que ce qu’il voulait de nous.

Lorsque nous aurons par ailleurs conscience que chacune de nos pensées (environ 60.000 par jour) est de l’énergie non maîtrisée, lancée dans l’univers et qui file toujours quelque part attirer sa résonance et qui nous revient tel des milliers de boomerangs (via la loi de l’attraction) encore plus chargée qu’à son départ, imaginons un peu, non seulement le degré de pollution énergétique qu’un seul être humain peut produire dans une vie, mais également tout ce que nous nous infligeons comme jugements, regrets ou faux espoirs du fait de toutes ces pensées qui ne sont en fait uniquement que des suppositions …


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout